• Doujin (FanFic) que j'ai mis beaucoup de temps à finir. Pas ma faute j'ai plus d'inspirations ces temps-ci  =X="    mais bon   :)  j'ai quand meme réussit grace à un p'tit Démon qui a pas arreté de m'encourager malgré ma volonté manquante  ;)  donc...  :)

     

    -------------

     

     

     

    Shizuru et Natsuki n'avaient pas été très chanceuses. Une seconde renaissance était une magnifique option, tout revenant à la normale, etc... Cependant... Lors de la renaissance, un petit problème eut lieu.

     

     

          Une main douce caressa la peau pâle. Les yeux rubis s'ouvrirent pour montrer les milliers d'étoiles qu'ils possédaient pour la seule personne qui s'offrait à ce cœur, à ce regard.

    -Natsuki ?

    -J'avais peur de ne pas te voir en me réveillant.

         Shizuru sourit. Elle se redressa un peu et put atteindre les lèvres de son aimée qu'elle frôla des siennes.

    -Où sommes-nous ?

    -Euh... je pense dans la forêt de Fuuka.

    -Alors allons vite rejoindre les autres.

          Elles se levèrent et se mis à courir vers le bout de la forêt, donnant lieux à une petite falaise qui habituellement montrait les bâtiments de Fuuka. Oui habituellement, car aujourd'hui n'était pas un jour habituel...

    -Shi... qu'est-ce que ?

          Un palais d'époque tel on le voit dans les livres de l'époque médiévale du Japon.

    -Où sommes-nous ?

    -Un... problème lors de la Renaissance ?

    -Je ne vois que ça... Nous sommes revenus dans le passé mais....

    -Qu'allons-nous faire ??

    -Et bien... changer de vêtements déjà... trouver quelqu'un de confiance et de rentrer à notre époque.

    -Comme dans les BDs fantastiques ???? ( :o )

    -Natsuki... (=___=)

     

          Elles descendirent de la falaise et longèrent les murs du palais.

    -Natsuki ils faut détruire ces vêtements.

    -QUOI ??? Je sais qu'on est amante mais je suis pas exhibitionniste !! (T^T)

    -Natsuki, on va se faire remarquer... regarde là-bas ! Il y a des vêtements qui se font sécher au Soleil... on va les prendre !

    -Oooh, Shizuru Fujino se met à voler ??? (O_O)

     

           Habillées, elles se débarrassèrent des vêtements gênant. Elles se ''baladèrent'' le plus ''DECONTARCTE'' possible. Une femme, grande, maigre, à qui les os semblait vouloir s'enfuir de ce corps trop pâle, trop rongé par une maladie quelconque, les yeux verts semblaient fatigués, et le rouge des cheveux dégradait au blanc vers les pointes. Natsuki se pencha vers Shizuru.

    -Shi-chan !! On dirait Nao !!

    -Hmm ? Ara mais oui ! C'est Yuuki-san !

          La femme les aperçus. Elle lâcha le panier comportant des kimonos et se jeta à leur pieds les mains liés au-dessus de sa tête baissée vers le sol.

    -Pitié, dites-moi que le Shogun est rentré de mission !

    -Euh... pardon ?

          Nao releva la tête, étonnée de la réponse.

    -J'ai espionné comme il me l'a demandé, j'ai toutes les informations, alors qu'il me le dit enfin, ma mère est-elle morte ??

          Le cœur des amantes se crispa. Si le passé était comme l'avenir, alors la mère de Nao était en effet morte depuis longtemps, sauf que ici, Nao ne le savait pas.

    -Je ne sais pas quand il reviendra...

          Nao eut les larmes aux yeux.

    -Pitié... je vous en supplie Fujino-sama !! Ne me laisser pas dormir dehors ce soir... j'en ai assez de me faire frapper...

    -Quoi ??

          Natsuki se redressa d'un coup, avec des envies de meurtres.

    -Qui t'a frappé ??

    -Mais.... tu le sais bien Natsuki... ce sont ces imbéciles de gardes qui ne supporte pas que moi, une fille du peuple maigre et faible par le manque d'argent et de nourriture soit la meilleure espionne du Shogun, conseillé par toi d'ailleurs..

    -Quoi ?

          Nao les regarda à tour de rôle bizarrement.

    -... Qu'est-ce qui vous arrive à vous deux ?

    -Rien de spécial Yuuki-san, seulement nous sommes un peu fatiguées après une si longue promenade. Mais nous serions heureuse que tu nous raccompagne chez nous.

          Shizuru espérait bien sur que Nao les reconduirait sans posé de questions à l'endroit qui leur servait de maison.

    -Bien sur mais je ne peux pas encore sortir du château il me reste un peu de travail, partez devant.

    -Euh... bien.

          Natsuki et Shizuru partir vers l'endroit qui semblait être la grande porte du château.

    -Au fait ! Vous me roulerez pas les Miss, si vous vous habiteriez en dehors de la ville, la promise du Shogun Shizuru et sa meilleure amie Natsuki, ça se serait !

          Elles s'étaient trahis.

    -Vous me cachez un truc mais vous connaissais vous aller tout m'expliquer bien sur.

          Nao n'avait pas vraiment changé en fait...

     

          Dans une chambre assez simple, les trois filles se faisaient face.

    -Vous n'êtes pas Fujino-sama et Natsuki n'est-ce pas ? Pourtant vous l'êtes, sans l'être... expliquez-moi.

    -Yuuki-san, nous ne pouvons rien te dire.

    -Comment ça ?

    -Shizuru, tu avais dis qu'on avait besoin d'aide pourtant.

    -Natsuki...

          Shizuru lui fit des gros yeux et lui murmura à l'oreille que raconter leur histoire pourrait changer le futur.

    -Vous arrêtez de me prendre pour une imbécile d'araignée qui se prend les pattes dans sa toile ??

    -Nao... on ne peut rien te dire...

    -Natsuki je suis peut-être un peu perdu mais vous n'êtes pas comme celles d'avant ! Vous avez plus de... modernité...

    -Yuuki-san...

    -Okay vous voulez rien me dire pas grave ! Mais vous me semblez être dans de gros problèmes ! Alors... je veux bien vous aider...

    -... Nao... on ne sait pas trop ce qui se passe ici... en fait on ne devrait pas être ici...

    -J'ai crus remarqué.

    -Yuuki-san... notre passage ici doit être le plus court possible et surtout qu'on ne nous remarque pas.

    -Et quand vous repartirez ?

    -On ne sait pas.... On sait seulement qu'il y a eut un problème lors de notre voyage et nous avons atterrit par accident ici.

    -Atterrit ?

    -Euh... nous sommes venues ici...

    -Hein hein.... mouais je vois.... okay je vais vous aider. Avant tout... Fujino-san... ou je ne sais qui, déshabille-toi.

    -QUOI ??

          Et non ce cri d'horreur ne venait pas de Shizuru mais d'une Natsuki on ne peut plus jalouse.

    -Natsuki, Fujino-sama a une marque sur l'omoplate droit. Ça la symbolise. Si on ne voit pas cette marque elle est fichu.

          Shizuru vérifia et releva ensuite doucement la tête.

    -Je... ne l'ai pas...

    -Alors vous êtes mal ! Il faut que vous partiez vite... Cependant comme vous avez votre mariage bientôt...

    -Comment ça ? Je me maris ?

    -Pas vous.... enfin... si mais non.... vous comprenez ?

    -Mais Shizuru ne peut pas se marier !!!

    -Ecoutez, normalement, tu étais censée devenir son amante après le mariage... Enfin... pas officiellement bien sûr...

          Shizuru et Natsuki se regardèrent. Elles avaient besoin de se voir seule à seule. Eclaisir tout cela.

     

    -Shizuru tu ne peux pas faire ça !

    -Mais il ne faut pas éveiller les soupçons ! Tu as entendu Yuuki-san ?? Le mariage est dans moins de deux jours ! Comment on va trouver un plan pour rentrer en si peu de temps hein ??

    -Je ne sais pas mais je refuse qu'une quelconque personne te touche !

    -Natsuki soit un temps soit peu raisonnable !

    -Je refuse qu'on te touche !

    -Ne me prends pas pour un objet ! Je ne suis pas celle que tu viens voir que quand tu en as besoin comme lors du Festival tu comprends ?? J'ai une raison et je donne mon avis ! Et là je te dis que c'est la meilleure chose à faire ! Pour nous, pour partir ! Si je refuse le mariage on verra qu'il y a un élément qui cloche !

    -Mais t'as même pas la tâche de naissance ! On verra de toute façon qu'un truc cloche !

    -En attendant on sera débarrassé ! Ecoute...

         Shizuru se rapprocha de Natsuki.

    -Si Yuuki-san a son ancêtre identique à elle, elle peut nous trouver des informations. Je vais jouer le jeu et faire croire à un mariage, pendant ce temps, toi et Nao trouver un moyen, je vous en supplie...

          Natsuki, énervée, se leva d'un coup et sortit. Elle sortit du palais d'ailleurs, et marcha jusqu'à la forêt, jusqu'à ce qu'elle voit une teinte blanche. Une sorte de buisson blanc en fait, qu'elle approcha doucement, et qu'elle effleura du bout des doigts. Une sorte de pelouse douce blanche, à épis lisses et chatouilleux. La chose se mit à bouger. Natsuki elle, ne se pétrifia aps en voyant la créature se lever sur ses quatre pattes.

    -Et bien mon vieux... pensais pas que mon Child était à ton image...

          Un grand loup blanc aux yeux bleus fixait Natsuki. Il finit par s'approcher et frotter se truffe contre l'épaule de la jeune fille. Natsuki décida d'aller voir Nao.

     

    -... Peut-être que quelqu'un peu vous aider... mais ce n'est plus de mon ressort, je te présente Tate.

          Un homme aux cheveux oranges entra dans la pièce.

    -Il te conduira chez quelqu'un, une connaissance à moi, qui peut vous aidez. Du moment qu'il sait qu'il mène la vie dure au Shogun !

    -Et pourquoi ?

    -Son amante, Mai-san, est courtisé par ce coureur...

    -Je vois.

          Natsuki se tourna vers Tate.

    -Et bien on va la lui gâcher, sa vie !

          L'homme eut un sourire en coin avant de s'approcher de la Rebelle.

     

           Shizuru se coiffait dans sa chambre. Le lendemain serait son mariage, et le Shogun ne s'était toujours pas présenté à elle, quoique, il se rattrapa vite, car le voici qui entrait sans frapper. La Fujino se retourna doucement pour se trouver nez à nez avec Reito.

    -Rei...

    -Fujino-chan. Comment allez-vous ?

    -Hmm... bien et vous ?

    -Très bien, nous venons de gagner une guerre ! Vous vous êtes occupée pendant mon absence ?

    -Oui... j'ai parlé avec Yuuki-san : elle voudrait des nouvelles de sa mère.

    -Encore avec ça ? Mais qu'elle la laisse sa mère ! Qu'elle continue donc d'espionner.

    -Ce n'est pas très loyal, elle vous sert en échange de soin pour sa mère...

         Reito se mit à sourire sadiquement, avant de murmuré dans un rire sourd :

    -Tout à fait.

         Shizuru s'éloigna un peu du Shogun. Que se passait-il ? Elle n'était plus vraiment sûre de vouloir jouer la comédie avec le mariage finalement.

    -Demain sont nos noces. Enfin je vais vous enlever votre péché de la tête.

    -Pardon ?

    -Ça se voit que vous ne regardez que cette servante... qui déjà ? Kuga ?

    -Kuga-san pour vous.

         Le ton de Shizuru s'assombrissait en même temps que son regard.

    -Et si c'est un péché d'aimer, alors plus personne n'aimerait sur Terre. On ne choisit pas si on nait femme ou non, on ne choisit pas si on aime femme ou non. Et penser que aimer est un péché est stupide et qui sait, peut-être est-ce là le péché non ? En quoi est-ce mal d'aimer ? J'ai beau chercher je ne trouve pas la réponse.

    -Que des belles paroles, comme toujours n'est-ce pas ?

    -Si vous pensez que c'est un péché, alors vous n'avez jamais aimé, ou rien comprit à l'amour.

         Reito prit Shizuru soudainement par le cou et la leva au point que ses pieds ne touchaient plus le sol.

    -Repose-la par terre ou je te tue.

         Natsuki, fermement posté à la porte, avec Tate dans l'encadrement, dans le noir, de celle-ci, sabre à la main, était de marbre lui aussi.

    -Pose-la ou Shogun ou pas je te tue.

         Reito s'exécuta un rire nerveux aux lèvres.

    -Pff, profitez de vos instants ensemble, de toute façon, je m'occuperais de vous deux plus tard.

         Il fixa bien la Rebelle et le Rouquin en passant à leur hauteur. Quand il fut partit, Natsuki s'approcha doucement de Shizuru.

    -On part cette nuit.

     

         A la lueur de la Lune Blanche, Tate surveillait discrètement les couloirs à chaque pas fait par ce petit groupe. Nao les aida le temps de sortir du palais et alla masquer l'absence des deux amantes. Pendant ce temps, Tate lui les emmena à une clairière, ou le Loup semblait attendre Natsuki.

    -C'est quoi ça ?

    -Notre monture !

         A dos de loup donc, ils arrivèrent dans une grotte. Et le loup, comme par magie quand tous furent descendu de son dos, sembla comme disparu. Ils entrèrent dans la grotte et une voix les accueillit :

    -Comment va Mai ?

    -Très bien ne t'inquiètes pas Mikoto.

         Shizuru et Natsuki furent assez étonnées mais ce fut de courte durée.

    -Ah ? J'ai de la visite ?

    -Je t'explique, Fujino que voici aime Kuga que voilà, et Fujino est destinée à Reito.

    -Mon frère ?

    -Et oui... dire que tu étais partie car, pour amour pour Mai, tu me l'as laissé, et que ton frère avait promis d'arrêter de la courtiser... Cependant il continue, juste pour ton information, et veut quand même se marier à une autre.

         Les deux amantes restèrent pétrifiées. Mikoto... des sentiments pour Mai ? Natsuki se dit que finalement c'était peut-être moins malsain comme ça, mais que ça offrait une situation quand même des plus compliquées.

    -Et c'est quoi ce problème alors ?

    -Nao m'a seulement dit ça : ''Aide-les''.

         Mikoto fixa les deux jeunes filles un long moment.

    -Tate, vas-t'en, monte la garde, je n'ai plus besoin de toi.

        Il s'exécuta et Mikoto s'assit en face des filles.

    -Je suis devenue prêtresse de la Déesse Chat. J'ai des visions mais j'ai appris une chose avec Nao : si elle dit un truc simple, ça cache un truc super casse-tête.

         Elle les fixa.

    -Et mon instinct de chat me fait parvenir que vous n'êtes pas Kuga et Fujino-san.

         Sueur froide.

    -Il y a une légende : Le loup blanc conduira la perte du monstre sanglant et un vœux sera exaucé. Le loup blanc est apparue à Kuga-san apparemment... Trouver le Monstre des montages, tuez-le et vous aurez droit à un vœux.

    -Tout redeviendra comme avant ?

    -On oubliera même votre passage d'après la Déesse Chat.

         Un bruit venant de dehors les interrompis. Elles sortirent pour voir Tate, tête en sang, résister au sabre à plusieurs garde d'une petite armée, commandé par Reito.

    -On dirait qu'on vous a retrouver ! Vous avez intérêt à pouvoir faire votre vœux vite pour tout remettre en ordre !

         Natsuki ne réfléchissait pas plus : elle avait attrapé la main de Shizuru et s'enfuyait vers les montagnes. Où allaient-elles ? Aucune idée, seulement l'instinct de Natsuki lui disait de courir là-bas. Un hurlement les fit stopper deux secondes, le temps de serrer son cœur à la voix mourante de Tate, le temps d'entendre un bruit sourd d'un corps d'enfant tomber au sol : leurs amis étaient morts. Shizuru reprit la course cette fois en guidant leurs pas. Elle savait où il fallait aller, cet intuition se révéla juste : une grotte à forme bizarre.

    -Shizuru, le monstre est ici je le sais !

    -On a rien pour le tuer !

    -On verra de toute façon...

         De toute façon Reito et ses quelques gardes restant étaient derrière elles, à quelques mètres.

    -Vous m'en faites voir vous deux ! Nao, Tate, ma propre sœur Mikoto !

         Natsuki s'enragea d'un coup.

    -Qu'as-tu fais à Nao !

    -Elle était trop résistante.... Je lui ai dit alors la vérité : que sa mère était morte des années déjà, elle s'est détruite psychologiquement et n'a pas vu mon sabre au dessus de sa tête. C'était peut-être un suicide qui sait ? Elle a relever la tête cette imbécile, je n'ai pas eut le temps de la prévenir que la lame était coupante...

    -Espèce de … !!

         Sans que les amabilités aient le temps de continuer plus long, un bruit bizarre pétrifia les humains présents, Shizuru se retournant, eut les larmes aux yeux.

    -Koihyme !!! C'est bien toi !!

         Shizuru, mains sur la tête, partit dans un délire car le Festival lui revenait en mémoire avec sa folie sanglante et destructrice. Natsuki posa sa main sur l'épaule de son amante pour la secouer un peu. D'après la Légende, c'était à Natsuki d'arrêter cette folie sanglante, mais trop tard : l'armée était décimé et Reito à terre gravement blessé. Natsuki n'eut pas d'autre choix, elle prit l'épée de Reito et blessa le monstre aux niveaux du torse, attrapant ensuite Shizuru et l'embrassant pour lui redonner ses esprits. Shizuru qui, en ouvrant les yeux, revit ce bain de sang dont elle était à l'origine, hurlement, douleur... Elle souhaita que tout s'arrête : que leur Renaissance recommence à leur bonne époque en effaçant leurs actes dans celle présente. Elle le souhaita dans un flot de larmes et de douleur, fermant les yeux pour se voiler la face, et en les rouvrant voir Natsuki avec des cerisiers en fleurs comme arrière plan. Natsuki la regardant amoureusement et tristement, comme par peur d'avoir perdue quelque chose. Comme seul réflexe Shizuru posa sa main sur la joue de son amante.

    -Qu'y a-t-il ?

    -J'ai eut peur...

    -Pourquoi Natsuki ?

    -Parce que... j'ai fait un cauchemar...

    -D'une mauvaise Renaissance ?

    -Alors toi aussi ?

         Une voix les interrompit :

    -Hé les amantes ! Faites vos trucs ailleurs et venez donc manger ! C'est prêt !

         Nao, lunettes jaunes sur le nez, leur faisait signe avec Mai, Tate, Mikoto, et Reito que Shizuru et Natsuki prirent bien soin d'éviter durant un long moment...

     

     

     

     

    - pour blog -

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique