• Bon oui je suis pas très sérieuse j'ai déjà deux écrits en courts toujours pas terminés arrivé-là je vous en donne un totalement à l'opposé XD   enfin peu importe.

    Voler pour vous c'est quoi ? Dans les airs ? Souvent la liberté je suppose. Comment l'avoir ?   :)

    Comment le savoir ? :P   pourquoi se poser toutes ces questions voyons ? U__U   et bien... sinon ça sert à rien d'avoir un cerveau pour pas essayer de s'en servir :P

    Cet écrit a été inspiré de 'Fire Flies' de Owl City

     

    -------------------

     

     

          Elle soupire une fois de plus... son amante était partie... d'un coup... sans prévenir, à juste dire  un vague au revoir, un signe de main qui s'efface aussi rapidement que le geste brise la paix de l'air. Elle regarde, appuyée contre la fenêtre, recroquevillée sur elle-même... Ce vide, cette faim. Plus rien ne compte à part ce cœur se serrant dans sa poitrine, battant rapidement comme une folle mélodie voulant montrer son existence, et pourtant, tous ces battements finissent en un allegro de douleur. Ce vide de quand elle part... Un vague au revoir, une formalité : ''A bientôt je vous souhaite tout le bien du monde je vous contacte quand ma réunion sera finie''. Un simple trou dans son emploi du temps, puis elle vient, reste quelques minutes et repars dans la minute. Rien de plus qu'un coup de vent. Ne vaut-elle pas mieux ? Toujours prévenue dans la seconde du départ, ne pouvant jamais se préparer à ce vide si présent. Elle a faim... oui, cette faim vous prenant, vous donnant presque envie de vomir tellement votre corps n'a pas mangé, où votre être tremble sans le vouloir, au simple geste, simple mouvement, et que, malgré ce tremblement, vous n'avez pas la force de bouger, pas la force de manger. Elle se noie dans ses rêves, ces rêves de quand ses nuits seront enfin chaudes dans les bras de son aimée. Aimée s'éloignant sans que celle-ci le voit, donc, inconsciemment, elle fait de même... Mais n'est-ce pas injuste ? Que la personne que vous aimez parte sans vous, comme si vous n'étiez qu'un jouet avec lequel on passe 10 minutes de son temps avant de l'envoyer dans l'Oubli, et que vous, blessé, essayez de montrer votre peine. Cependant, ce comportement de la part de celle que vous aimez, ses sourires, ses rires, montrant que tout va bien dans le meilleur des mondes, ne vous met-il pas mal à l'aise ? Comme si c'était vous l'intrus de ce monde si parfait dans lequel vie votre Moitié ? Après vous n'êtes plus une victime, mais une criminelle... Et quand le sourire revient, en forçant bien sur ses lèvres pour qu'il fasse le plus vrai possible, c'est toujours à ce moment finalement que la personne tant attendue part. Mais qui a-t-il à faire ?

    ''Je veux te quitter mais je t'aime tellement que j'en mourrais ?''

    Quelle est cette impasse ? Qui peut le savoir de toute façon ? Qui peut comprendre ce qu'on ressent ? Quel magnifique mensonge c'est... Les humains sont tous différents, comment pourraient-ils savoir ce que les autres ressentent alors que ces dits sentiments changent de l'un à l'autre ?

     

    Elle augmente la musique jusqu'à ce que celle-ci lui fasse mal, jusqu'à ce qu'elle n'entende plus rien, jusqu'à ce que ses oreilles pleurent du sang. Coupée enfin du monde, alors que son cœur pleure, que cette boule dans la gorge grossit, que ses yeux deviennent lourds et que sa voix n'arrive plus à sortir pour quelques sanglots. Est-ce douloureux ? Elle ne sent rien fasse à ce qu'elle fait. Juste cette douleur, ce vide. Que peut-elle y faire ? Est-ce de sa faute ? Évidemment que oui ! A qui d'autre ? A son amour ? Où à son passé ?

     

    Elle se rappelle simplement tous les soirs qu'elle a passé à l'imaginer la rejoindre, enlever cette froideur qui la glaçait, recouvrir ses épaules avec ses bras protecteurs. Venir la chercher, l'enlever de ce monde pour un meilleur, un pour lequel elle existe pas... Depuis le début elle avait été égoïste... L'enlever de ce monde, est-ce simple ? Peut-être, mais accueillir quelqu'un dans le notre n'est pas si simple. Oui depuis le début ses idées avaient été veine, depuis le début elle rêvait, simplement, dans cet assourdissant silence.

     

    Se recouvrir de draps ne sert plus à rien, il fait trop froid, il y a trop de bruits. Oui, entourée d'un bruit assourdissant n'existant même pas. N'est-ce pas bizarre ? Qui ne l'est pas finalement ? Pourquoi tant de questions se posent toujours à ce genre de moment. Pourquoi est-il partit ? Quel était son problème ? Et si j'avais fait ça ou ça ?

     

    De telles situations, ne vous donnent-elles pas envie de hurler ? Hurler une mélodie libérant enfin votre voix ? Mais quand vous n'en avez plus... comment faites-vous ? Quand vous n'avez plus de force ? Quand vous ne voyez qu'une impasse ? Il y aura toujours des gens pour dire que c'est votre faute, que vous êtes simplement peureux. Peut-on vraiment le voir ainsi ? Nous sommes tous différents, il y en a des plus sensibles que d'autres, peut-être sont-ils juste plus humain. Alors pourquoi lui en vouloir d'être faible ?

     

     

    Normalement c'était le dernier couplet... n'est-ce pas ? Comment peut-elle le savoir maintenant ? Alors que les larmes se sont teintées de rouges et que les sanglots remuent son cœur dans une douleur insupportable.

     

    ''J'ai simplement été trop faible... Pardonne-moi''

     

     

    Une ombre arrive près du corps inerte.

    La maladie avait eut raison d'elle...

    Se sentir coupable aide-il ?

    La réponse change selon les personnes,

    Mais on n'a qu'une vie

    Et si peu de temps pour les choses importantes

     

     

    Je dédis cette Histoire a M.

     

     

     

     

    - pour blog -

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique